Une nouvelle déterminante pour l’industrie agricole

Le 22 septembre dernier, à Sainte-Claire dans la région de Bellechasse, a eu lieu une conférence de presse annonçant l’achat de l’entreprise IEL (Les Industries et Équipements Laliberté Ltée) par Global et Avantis Coopérative. Adaptée aux variations et aux transformations des outils d’élevage, IEL se spécialise dans des services informatisés visant au confort des animaux. Global étant experte en construction de bâtiments d’élevage, cette acquisition représente un avantage majeur pour l’implantation d’équipements sécuritaires et actuels dans les fermes agricoles sur l’ensemble du Québec.

Dans une entrevue exclusive avec Vincent Nadeau-Morissette (propriétaire de Global), Élevage et Cultures a pu se glisser dans les coulisses de cette décision.

De ce qui a été dit, cette union en est une des plus naturelles, une suite logique pour l’essor des compagnies agricoles familiales et industrielles du Québec. M. Nadeau-Morissette a souligné que cette coalition pouvait mener à une augmentation d’emplois pour le secteur économique agricole. Quant à Global, l’achat d’IEL signifie un contrôle plus direct sur les équipements fermiers qui serviront à la production porcine, laitière et avicole.

“Un de nos objectifs était d’avoir autant la main sur l’équipement que sur la construction et l'installation des bâtiments agricoles. On dépendait d’un fournisseur, maintenant nous sommes notre propre fournisseur. On est mieux positionnés sur le marché”, poursuit l'entrepreneur.

 

Cette acquisition ouvrira peut-être la porte à d’autres démarches de cette envergure. Sans pour autant que ce soit un plan fixé dans le temps, M. Nadeau-Morissette juge que c’est une possibilité qui s’inscrit très bien dans l’axe de développement économique de sa firme.

 

Malgré les temps incertains dans lesquels s’est inscrit ce partenariat, le propriétaire de Global conclut avec assurance que “le secteur agroalimentaire restera toujours utile et vivant” et qu’il ne manquera pas de place pour l’équipement et les technologies agricoles dans le futur.

Marianne Pépin, le 7 octobre 2020

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE