PERSONNALITÉ
DU MOIS

Cela fait déjà neuf ans que Josée Veilleux œuvre à titre d’agente d’approvisionnement en porcs pour Olymel, à Vallée-Jonction. La Beauceronne de 42 ans, originaire de Saint-Isidore, est le trait d’union entre les fournisseurs de porcs et l’entreprise spécialisée dans la transformation de la viande. En plus de s’assurer du ravitaillement pour l’abattoir, Josée veille au respect des normes sanitaires, suit minutieusement les rapports de santé des animaux et s’assure de leur bien-être.

L’histoire ne nous dit pas si elle compte les petits cochons pour s’endormir le soir, mais, chose certaine, dans moins de six semaines, cette mère de quatre enfants ne devrait plus voir l’ombre d’un omnivore. Sauf, peut-être, en mirage! Car avec deux coéquipières, Josée foulera les dunes et les cailloux du désert sud-marocain dans le cadre de la première édition du Trek Rose Trip.

Destiné, entre autres, à amasser des fonds pour les associations Enfants du désert et Cancer du sein, le trek de trois jours opposera une centaine d’équipes féminines provenant du Québec, de la France et de la Suisse. Comme toutes les autres aventurières de l’évènement, Josée et ses coéquipières Marie-France Roy (Lévis) et Anik Cadieu (Québec) n’auront d’autre choix que de se surpasser, car toute l’expédition se fera strictement à pied.

En plus de devoir prouver leur endurance, ces trois maniaques de randonnées en montagne devront puiser dans leur besace pour en tirer une bonne dose de débrouillardise, de coopération et de complicité. En bon Jarret Noir, Josée pourra certes se faire aller le mollet, mais devra oublier son DEC en gestion d’entreprise agricole pour arriver à bonne oasis.

«Nous avons toutes les trois un bon sens de l’orientation, mais dans le désert, avec les dunes, les repères sont plus difficiles à trouver. On nous donnera un cours d’une journée pour apprendre à bien utiliser la boussole. Nous aurons droit à un sac à dos d’environ 16 litres pour transporter notre carnet de route, notre eau et un lunch pour les 20 kilomètres que nous devrons couvrir chaque jour. Il ne s’agit pas d’une course de vitesse. Il faut atteindre notre objectif en faisant le moins de kilomètres possible. Pour l’instant, nous entraînons surtout nos trois conjoints à rester à la maison avec nos 12 enfants !»

Le trio de Québécoises qui a été baptisé «Keybecwise» (des astucieuses, avec l’accent beauceron ?) s’active encore pour accumuler les 9 000$ dont elles ont besoin pour couvrir les frais de leur voyage au Maroc. Les choses augurent très bien pour elles puisque la firme Maximus, leader dans les solutions technologiques destinées aux élevages avicoles, porcins et laitiers, a choisi d’emboîter le pas en devenant le commanditaire principal de cette aventure hors du commun. Si les trois battantes récoltent plus que l’objectif en argent qu’elles se sont fixé, elles prévoient se servir du surplus pour acheter des chèvres qu’elles remettront aux femmes d’un village de cette région désertique.

En attendant le signal du départ, Josée, Marie-France et Anik viennent de compléter une randonnée d’endurance dans la région du mont Sainte-Anne. L’une d’entre elles aura eu le temps de soigner ses ampoules et de trouver une chaussure de marche mieux adaptée pour le terrain qui les fera tout de même un peu souffrir.

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE