Après la pomme de route

Si seulement il n’y avait que le pont Champlain qui était victime des épandages de sels de déglaçage. Les tonnes de chlorure de sodium déversé sur nos routes affectent nos sources d’eau potable, la flore et la faune aquatique. Ces dernières années, des solutions alternatives ont été mises au point, dont beaucoup sont des sous-produits de l’agriculture. De la saumure de fromage au jus de betterave, en passant par des extraits de mélasse, on n’a aucun mal à croire que ça puisse contribuer à nous coller à la route !



Les restes d’eau provenant du traitement de la betterave contiennent des sucres qui abaissent la température de fusion de la glace. Ce mélange permet de réduire considérablement la quantité de sel qui se retrouve dans les cours d’eau. Les eaux usées de betterave sont moins corrosives pour les voitures, les garde-fous et les chaussées que le sel gemme.


Au Wisconsin, des camions appliquent de la saumure au fromage sur les routes lorsque l’on prévoit des chutes de neige. La saumure, mélangée à des additifs, serait plus efficace que le sel et permettrait de réduire la quantité de chlorure de sodium pour le déglaçage des routes. Les municipalités seraient bien folles de s’en passer puisque les laiteries fournissent gratuitement ce résidu dont elles ne savent que faire. Au New Jersey, on a même recouru à la saumure de cornichon. En plus d’être aussi efficace et plus économique que le sel gemme, elle peut faire fondre la glace jusqu'à des températures aussi basses que - 21 °C. En Alaska, en Russie et en Hongrie, on épand sur les routes les résidus de distilleries de vodka.


En plus de contribuer à la sécurité sur les routes et à la protection de l’environnement, l’utilisation de ces résidus est un débouché à tous ces déchets dont le monde agroalimentaire ne sait que faire.


Source: Modern Farmer

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE