Cheese !

Avec la reconnaissance faciale, la Chine pourra bientôt contrôler l’identité de ses 1,4 milliard de citoyens. Pendant ce temps, des instituts universitaires britanniques travaillent aussi au développement de cette technologie. À la différence du gouvernement chinois, les scientifiques anglais ne cherchent pas à mettre la main au collet des malfaiteurs ou des dissidents. Ils souhaitent plutôt détecter les différents états émotionnels chez les porcs pour déceler leurs bobos et leurs inconforts afin d’alerter les agriculteurs.



Pour y parvenir, des scientifiques se sont associés à des experts en vision artificielle de l’Université de l’ouest de l’Angleterre (UWE BristolI). Ils collectent présentement des expressions faciales 3D et 2D d’une population de truies reproductrices confrontées à des situations commerciales susceptibles de provoquer différents états émotionnels. Des recherches antérieures ont déjà démontré que les porcs pouvaient signaler ce qu’ils ressentent à leurs congénères par différentes expressions faciales. C’est le cas, par exemple, lorsque les truies sont affligées par une boiterie.


Puisqu’il est possible de décoder les différentes expressions faciales pendant et après les événements douloureux, des techniques d'apprentissage automatique sont en cours de développement. Une fois ces techniques validées, l’équipe mettra au point la technologie qui sera appliquée à l’exploitation de troupeaux qui seront surveillés en continu. L'identification précoce des problèmes de santé porcine permettra d'améliorer le bien-être des animaux tout en réduisant les coûts de production. La technologie de vision artificielle permet déjà d’obtenir la reconnaissance faciale des animaux avec une précision de 97 %.


Source: Pig Progress

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE