Flatulences écologiques

Alors que de plus en plus de gens sur la planète souhaitent manger davantage de viande, les écologistes nous rappellent que les ruminants produisent autant de gaz à effet de serre que des centaines de millions de voitures. Heureusement qu’un fermier de l’Île du Prince-Édouard qui souhaitait réduire le coût de l’alimentation de ses vaches a eu l’idée de leur servir des rations d’algues qu’il récoltait sur la plage. Sa recette pourrait contribuer à sauver la planète puisque ses bêtes ne sont plus des usines à méthane.



Lorsque le professeur Rob Kinley de l’université Dalhousie a eu vent de ce que concoctait le fermier, il a testé les algues sur l'estomac artificiel d'une vache pour constater une réduction de 20% dans la production de méthane lorsque des algues sont ajoutées au mélange. Cette découverte pourrait avoir un impact non négligeable sur le problème du réchauffement climatique.


Parti poursuivre ses recherches en Australie auprès de l'Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO),le professeur Kinley a débusqué une algue rouge (Asparagopsis taxiformis) qui, introduite dans l’alimentation, aurait permis de réduire de plus de 99 % la quantité de production de méthane dans les rots et les flatulences des vaches.



Il ne suffirait que d’à peine 2% d’algues dans la ration alimentaire pour que le niveau de méthane devienne pratiquement indétectable. Ce travail terminé, il restera encore à trouver une façon de fournir suffisamment d'algues pour les vaches.


Un pet, quoi!

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE