Frais, le porc !

Les grandes chaleurs avachissent. Une étude du Massachusetts Institute of Technology (MIT) a démontré qu’à partir de 15 °C, chaque hausse de 1 °C entraîne une baisse de productivité de 1,5 % à 1,7 %. Les animaux n’y échappent pas. Pour contrer les effets négatifs du stress thermique sur la productivité et les performances de reproduction des truies, des scientifiques de l'Université de Purdue (Indiana) mettent au point un système de refroidissement éliminant l'excès de chaleur des truies en lactation.



S’il fait trop chaud, les truies qui mettent bas ou qui allaitent éprouvent des problèmes de métabolisme. Leur température corporelle augmente, tout comme le flux sanguin et le rythme de respiration destinés à dissiper la chaleur radiante. Dans le même temps, elles s’alimentent moins, ce qui a une incidence négative sur la production de lait, le poids de leurs portées, le temps de sevrage et la période de fécondité.


Il n’en fallait pas davantage pour que les chercheurs mettent à l’essai une plateforme de refroidissement d’aluminium à l’intérieur de laquelle circule de l’eau froide dans des tuyaux de cuivre.



Après 80 minutes, les truies qui pouvaient s’étendre sur ces plateformes réfrigérées avaient des taux de respiration plus faibles (45 c. 122 respirations/min). Idem pour les fréquences cardiaques (100 c. 119 battements/min), la température vaginale (39,2 c. 40,1 °C), rectale (39,0 c. 40,0 °C) et de la peau (38,6 c. 39,4 °C) que les truies sans refroidissement actif, respectivement. Le taux d’évacuation de la chaleur était trois à quatre fois supérieur à celui des modèles de coussins de refroidissement en béton et en acier. Alu… luya!


Source: Pig Progress

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE