L'autre vaccination

Lorsque l’on parle d’accidents qui se produisent sur la ferme, on imagine d’abord un travailleur coincé ou écrasé par de l’équipement, une blessure causée par un effort excessif, un animal ou une chute. Ces types de blessures ne sont pas rares, mais certaines auxquelles on ne pense pas sont plus fréquentes.



Si les éleveurs administrent régulièrement sédatifs, vaccins à base d'huile, vaccins vivants modifiés, hormones ou antibiotiques à leurs bêtes, on ne s’attendrait pas à ce qu’ils se «vaccinent» accidentellement eux-mêmes. Pas moins de 80% des fermiers se sont déjà piqués avec une aiguille.


La moitié des blessures surviennent durant ou après l’injection. Elles peuvent causer des infections cutanées, allergies ou des blessures profondes qui requièrent une chirurgie.


Cela peut paraître d’une évidence grossière, mais il semble qu’il faille répéter qu’il ne faut pas utiliser sa bouche pour enlever ou remettre l’embout d’une aiguille, pas plus qu’il est prudent de ranger des aiguilles dans ses poches. Visionner la vidéo  (en anglais) sur la prévention contre les piqûres.



Les deux tableaux ci-dessous donnent les statistiques sur le degré de risque d'accidents respectivement dans les milieux de l'élevage de bovins laitiers et de porcs.



Source: CSST

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE