La grande vadrouille

Le bien-être animal, les changements climatiques, l’efficacité énergétique et l’empreinte environnementale sont des préoccupations sans cesse grandissantes. Pourtant, au Québec, les investissements dans les bâtiments et équipements sont en déclin depuis 10 ans. Heureusement, l’université Laval à Québec s’apprête à lancer une chaire de direction en enseignement des bâtiments agricoles durables. Elle contribuera à ce que la production animale fasse bon ménage avec l’environnement.



Conscients que les sommes investies pour moderniser les entreprises agricoles sont passées de 475 M$, en 2007, à 272 M$ en 2017, trois chefs de file dans la conception, la fabrication et la distribution d’équipements destinés aux éleveurs animaliers ont décidé d’appuyer la création de cette chaire. Non seulement IEL, Maximus et Zaxe Technologies se sont entendus pour contribuer au financement de la chaire, mais ces entreprises mettront leurs équipements de pointe et leur personnel de recherche à la disposition des chercheurs.



La chaire viendra en aide à l’industrie par des transferts de connaissances lesquels permettront de fournir des conseils aux producteurs lors de la construction ou de la rénovation de leur bâtiment. Ce ne sera pas un luxe quand on sait que l’âge moyen des bâtiments d’élevage animalier est de 23 ans, que les normes environnementales se resserrent de plus en plus et que les éleveurs animaliers du Québec ont du rattrapage à faire pour demeurer compétitifs tout en respectant l’environnement.



La création de cette chaire est une première pour le Québec dans ce domaine malgré le fait que le Québec soit l’une des plus importantes provinces d’élevage avicole, porcin et productrice de lait au Canada.

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE