La méthode Ninja

Les herbicides chimiques fêtent leur 135e anniversaire. Ils ont beau avoir été supplantés par les désherbants de synthèse, puis organiques, il n’en demeure pas moins que les consommateurs se méfient de plus en plus de ces poisons. Pour en finir avec les arrosages intensifs et les arrosages tout court, une jeune entreprise suisse a développé un robot entièrement automatique et autonome en énergie pour le désherbage des cultures en ligne. Il détruit les mauvaises herbes avec une efficacité de plus de 95%.



Le robot de la firme ecoRobotix effectue le désherbage en combinant un système de vision avancée qui est en mesure de reconnaître les mauvaises herbes. Couplé à deux bras mécanisés qui se déplacent latéralement sur une distance d’un mètre et à une hauteur d’à peine deux centimètres du sol, il peut sarcler sans sacrer et sans s’éreinter !


L’utilisateur du robot qui embarque caméras, capteurs, boussole et récepteur GPS peut placer sur chacun des bras une buse de pulvérisation qui pourrait permettre de réduire jusqu’à 20 fois la quantité de produits phytosanitaires. S’il préfère n’utiliser aucun désherbant, le cultivateur n’a qu’à remplacer les buses par des lames qui déchiquettent la plante indésirable en un clin d’oeil.



Muni de deux grandes plaques photovoltaïques sur sa face dorsale, le robot, léger, facile à transporter et à déployer, peut travailler pendant plusieurs jours sans aucun entretien et sans compacter le sol. Même par temps couvert, l’engin infatigable peut continuer sa tâche. Il ralentit alors simplement le tempo.



En plus de ses avantages écologiques, il permet une réduction importante des coûts en herbicide et en énergie, sans compter une économie en main-d’œuvre et en machinerie. L’automate qui s’attaque actuellement aux cultures de betteraves pourrait bientôt être utilisé pour toutes les cultures semées en ligne, tels les champs de maïs, de tournesol, de soja, ainsi que les oignons, carottes, salades et autres. Selon l’entreprise vaudoise, le robot Ninja offrirait un retour sur investissement de moins de cinq ans.



ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE