La multiplication des poussins

À cause de la logistique, des conditions du marché, de la variation des quantités commandées, les durées de stockage des œufs dans les couvoirs sont fréquentes. Ces temps d’attente entraînent souvent la perte d'œufs fertiles, des poussins moins uniformes et plus de travail pour le producteur. La firme Petersime a développé un incubateur capable de réchauffer pendant de courtes périodes les œufs stockés, ce qui permet de restaurer une partie de la perte en éclosion. Un couvoir commercial moyen obtiendrait ainsi 164 000 poussins en plus par an.



Le système de traitement thermique baptisé BioStreamer™ Re-Store préserve le nombre de cellules des œufs fertiles lors du stockage et prévient la mortalité embryonnaire précoce et restaure la fertilité des œufs, avec un gain de 0,3 % à 3 % de poussins supplémentaires par an.


À la suite de plusieurs études, les chercheurs se sont aperçus que c’est le niveau de développement de l'embryon au moment de la ponte qui a une influence sur le succès du taux d'éclosion durant la période de stockage.


Pour les embryons qui n’ont pas encore atteint la 14e multiplication cellulaire au moment de la ponte, un stockage prolongé augmente les risques de non-éclosion. Dans ce cas, l’incubation au cours du stockage permet d’amener les embryons à un degré de développement plus avancé, ce qui améliore le taux d’éclosion.



Par contre, dans le cas où le développement de l’embryon est plus avancé et qu’il a déjà commencé à former le sillon primitif, l'incubation au cours du stockage peut également être dommageable. Pour ceux-là, le système BioStreamer™ Re-Store  s’assure de diminuer le chauffage périodique durant le stockage.


Dans un cas comme dans l’autre, la méthode permet d’obtenir une plus grande uniformité du développement embryonnaire. Cela réduit non seulement la mortalité prématurée, intermédiaire et tardive des embryons, mais favorise aussi une fenêtre d'éclosion plus courte et des poussins plus homogènes.


Comment ne pas craquer pour la vie ?

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE