La vache qui rit

La sérotonine est connue pour engendrer des sentiments de bonheur dans le cerveau humain, mais des scientifiques de l'Université de Wisconsin-Madison ont découvert que cette hormone joue un tout autre rôle chez les vaches laitières. En leur injectant un composé qui est métabolisé en sérotonine, les chercheurs se sont aperçus que cela provoquait une augmentation du taux de calcium qui favoriserait la guérison de la fièvre du lait des ruminantes.



Si les bêtes gravement atteintes sont faciles à repérer en raison des tremblements perceptibles qui les secouent, on estime que près de la moitié des vaches laitières peuvent développer une forme bénigne de la fièvre du lait qui risque d’entraîner d’autres problèmes de santé en plus de produire un lait trop faible en calcium.


Selon le type de vache, toutefois, les niveaux de sérotonine induisent une hausse du calcium qui ne se loge pas au même endroit. Tandis que chez les vaches Jersey, le fameux métal se concentre dans le lait, chez la race Holstein, il se retrouve plutôt dans le sang. Les chercheurs tentent donc désormais de comprendre le processus moléculaire dans le but de trouver un traitement contre la maladie.


Grâce à ses recherches, la professeure Laura Hernandez pourrait bien faire d’une pierre deux coups. Il appert que la compréhension du lien entre la sérotonine et le calcium pourrait également améliorer la santé humaine. On parle ici du traitement des symptômes de dépression que vivent 30% des femmes qui allaitent, de perte de masse osseuse et d’ostéoporose.


Source: University of Wisconsin–Madison

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE