Le grand cru de 1968

Si vous pensiez qu’il n’y a que le vin qui puisse se maintenir et se bonifier avec le temps, détrompez-vous. Congelé depuis 50 ans, le sperme d’un bélier a été utilisé avec succès pour inséminer 34 brebis mérinos. Le taux de naissances vivantes issues du nectar de cet ancêtre à barbichette s’est avéré aussi vigoureux que celui d’un jeune mouton fringuant maintenu à peine un an dans l’azote liquide. La semence la plus ancienne et la plus viable au monde aurait pu valoir au géniteur australien de figurer dans le Guinness !



Comme si cette performance ne suffisait pas, la professeure Jessica Rickard de l’université de Sydney a indiqué que le taux de grossesse obtenu avec le sperme quinquagénaire était de 61 % comparativement à 59 % pour celui qui n’avait été surgelé qu’une petite année. La seule chose qui aurait pu trahir l’âge du sperme est le fait que les agneaux issus de cette semence présentent des rides sur la peau. Cela aurait été trompeur puisqu’à l’époque, cette race de mouton avait justement été choisie pour cette caractéristique qui maximisait la surface de la peau et les rendements en laine.


En plus de prouver que la congélation à long terme donne de bons résultats, les scientifiques peuvent maintenant comparer et évaluer les progrès génétiques réalisés par l’industrie de la laine au cours des 50 dernières années d’élevage sélectif.


Voici peut-être le premier bélier qui fera office d’étalon !


Source: Dairy Global

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE