Le mal fantôme

La mastite est la maladie la plus répandue et la plus coûteuse qui affecte les vaches laitières. Aux États-Unis seulement, on estime qu’elle entraîne des pertes de plus de 1 milliard$ US par an. Or, on sait aujourd’hui que c’est bien avant que les symptômes soient apparents que l’infection affecte la production et qualité du lait, le taux de fécondité et la longévité de l’animal. Heureusement, un test a été mis au point pour dépister la maladie avant l’apparition des symptômes. Pour ne rien gâcher, il peut permettre de réduire jusqu’à 59% l’utilisation d’antibiotiques.



C’est après avoir développé une technologie pour analyser les globules blancs chez l’humain que Rudy Rodriguez, le directeur scientifique et fondateur de la firme Advanced Animal Diagnostics s’est attaqué à la mise au point d’un test permettant d’identifier la variation de globules blancs qui signale l’infection du pis au stade subclinique.



Grâce à l’appareil baptisé QScout Farm Lab, le producteur peut obtenir un diagnostic directement à la ferme et en quelques minutes à peine. Les résultats peuvent être affichés à l'écran, enregistrés dans un lecteur ou imprimés et permettent de prendre les mesures appropriées tout en évitant de devoir soumettre tout le troupeau à la prise d’antibiotique. Réalisé très tôt, le test peut permettre d’éviter une perte de production de 680 kg de lait par vache.



L’entreprise propose également un nouveau test sanguin pour détecter la métaphylaxie chez les bouvillons. Là encore, le traitement précoce et sélectif des bêtes peut réduire jusqu’à 87% l'utilisation d'antibiotiques, ce qui est de plus en plus important compte tenu de la pression des consommateurs. C’est sans compter qu’un bouvillon soigné rapidement peut gagner plus de dix kilos.


Qui dira que cela ne pèse pas dans la balance ?

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE