Les amours trompées

C’est bien connu, on n’attire pas les mouches avec du vinaigre. Pas plus que les ravageurs, les prédateurs ou les parasites des arbres fruitiers, d’ailleurs. Pour mettre en appétit et piéger les amants fougueux, il n’y a rien de plus redoutable que les phérormones sexuelles. Encore fait-il pouvoir placer les pièges séducteurs au bon endroit. Une station expérimentale française est en voie de commercialiser un drone de largage pour la pose de diffuseurs de confusion sexuelle sur les arbres de grande taille.



Les accouplements se produisant généralement dans la partie haute des arbres, c’est à leur cime qu’il faut saturer l’atmosphère de phérormones. D’autant plus que le nuage d’odeur, plus lourd que l’air, descend naturellement vers le bas de l’arbre fruitier. C’est à cette condition que les mâles, étourdis par l’abondance de phéromones ne parviennent pas à trouver les femelles, ce qui entraîne une diminution au niveau de la ponte, des larves et des dommages sur les fruits.


Jusqu’à maintenant, les diffuseurs devaient être posés manuellement à l’aide de perches. Non seulement est-il souvent difficile de les jucher en hauteur, mais en plus, cet exercice requiert un temps fou qui a un impact sur la rentabilité de l’exploitation.


L’utilisation de drones permettra de résoudre ces problèmes. Afin de mettre au point un drone adapté au largage de diffuseurs, le centre de recherche d’Aquitaine Invenio s’est associé à VisionScope, un fabriquant de drones sur mesure .



Des tests sont faits pour le largage de cinq à six diffuseurs de confusion sexuelle, mais l’objectif est de parvenir à en charger une trentaine qui seraient disséminés en moins de 12 minutes. La commercialisation est prévue en 2018.


Source : Agriculture NT

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE