Les sons qui parlent

En raison des préoccupations éthiques et environnementales accrues, de l’augmentation du nombre de bêtes sur les fermes, des marges de plus en plus faibles par animal et de la nécessité de réduire l'utilisation d'antibiotiques, les technologies de pointe sont devenues indispensables pour un élevage de précision. Caméras de surveillance infrarouge, 3D ou thermiques en font partie, mais l’analyse des sons des bêtes permettra bientôt de mesurer en temps réel leur état de santé et de bien-être.



Une équipe de chercheurs associée à l’Université de Louvain, en Belgique, développe une technologie de captation, d’analyse et d’interprétation des sons produits par les porcs, tout en tenant compte des autres sons présents dans une porcherie. Cette technique qui recourt à un algorithme de détection des cris, couinements et grognements des bêtes permettra, par exemple, de détecter automatiquement des évènements stressants. Elle pourra, entre autres, signaler qu’un animal est à la recherche d’un partenaire pour s’accoupler, déceler qu’il est temps pour les porcelets d’être allaités, ou percevoir précocement une détresse respiratoire causée par un problème de ventilation ou d’une maladie. Tout cela, sans qu’il soit nécessaire, comme dans le cas des vidéosurveillances, de les voir directement. Les conditions d’éclairage et de température ne sont plus un obstacle.


Pour parvenir à interpréter correctement les sons enregistrés et développer une méthode de détection automatique des cris, les chercheurs ont procédé à l’analyse de 4783 événements sonores à haute fréquence résultants, par exemple, de pratiques de castration, d’exposition à des températures froides ou chaudes, à la simulation d’écrasement de porcelets ou de décharges électriques, en passant par les éternuements et quintes de toux d’un éleveur, les sons ambiants provenant des mangeoires ou buvettes automatiques et autres appareils. Ces bruits, une fois passés au tamis de l’informatique, on ne retiendra plus que les sons des animaux qui indiqueront un inconfort ou un besoin de soins réels et immédiats.


À n'en pas douter, bientôt, nous aurons accès à une langue qui ne sera plus dans le vinaigre !

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE