Portrait de mauvaises graines

Les technologies de reconnaissance faciale ratissent de plus en plus large. En Chine, dans les toilettes publiques d’une gare, des caméras luttent contre l'usage excessif de papier. À celui qui tente de se servir plusieurs fois, le distributeur lui suggère de revenir s’essuyer plus tard! Heureusement, les végétaux et les insectes sont moins susceptibles lorsqu’on cherche à les identifier. Si vous leur photographiez le portrait, un algorithme est en mesure de vous dire ce qui cloche avec vos cultures.



Avec l’application Xarvio ™ Scouting de la firme Digital Farming Solutions, un agriculteur peut reconnaître le type de plusieurs mauvaises herbes, classer et dénombrer les insectes tombés dans un piège, identifier les maladies des plantes, analyser les dommages aux feuilles et lui indiquer le taux d'azote de sa terre.


Mieux. Si les autres fermiers dans les parages font de même, toutes ces informations vont s’accumuler et vous pourrez obtenir un aperçu de plus en plus précis de ce qui se passe dans les zones environnantes. Si des risques de propagation se développent dans votre région, une alerte immédiate est déclenchée, vous permettant de prendre les mesures préventives appropriées.



Jusqu’à présent, quelque 82 types de mauvaises herbes sont reconnus avec une précision de plus de 80%. Pas moins de 17 maladies des plantes peuvent être diagnostiquées. Par ailleurs, grâce à des pièges jaunes installés dans vos champs, l’algorithme peut déjà différencier des insectes tels que le ceutorhynchus, le coléoptère du pollen, le charançon du chou et la chrysomèle du chou et procéder à une classification des insectes nuisibles selon la saison.


Des portraits-robots qui font beaucoup de recherchés !

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE