Sortir de sa coquille

Cal-Maine Foods inc., le plus important producteur d’œufs aux États-Unis a fait l’annonce le 1er avril dernier de ses résultats pour son troisième trimestre terminé le 2 mars. La compagnie y dévoile un important plan d’investissement et de conversion de deux sites de production afin que les poules soient en libertés contrairement à la pratique actuelle d’être maintenues dans de petites cages. Cela fera en sorte que chaque poule pondeuse devra pouvoir étendre ses ailes à compter de 2020.



Cette décision fait suite à l’adoption en novembre 2018 de la loi connue sous le nom de « Proposition 12 » en Californie. À partir de 2022, tous les œufs vendus dans cet état devront provenir de poules en libertés. Grâce ce plan d’investissement de 148 millions $ US, le site de Delta, en Utah, verra son nombre de poules en libertés passer de 1,4 million à 3 millions. Sur les sites de Pittsburgh, au Texas, on parle de 1 million de poules en libertés et d’un nombre indéterminé sur celui de Zephyrhills, en Floride. La compagnie affirme que les investissements au site de Delta serviront à combler la demande californienne.


Comme dans plusieurs domaines, l’état de Californie est souvent un précurseur. Il est fort probable que d’autres états emboitent le pas et adoptent une législation similaire. En plus des projets annoncés le 1er avril, la compagnie a investi 300 millions $ US pour accroître et mettre à niveaux ses installations et bien souvent pour faire passer ses élevages traditionnels à des élevages en libertés comme l’indique le tableau ci-dessous.



Les forces du marché, les pressions environnementales, les choix des consommateurs amènent l’industrie à changer ses pratiques aux États-Unis, mais aussi ici au Canada. Pour Cal-Maine, un des facteurs de succès de cette transformation réside dans ses investissements en technologies.

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE