Tirer le tapis sous l'ergot

Entre un élevage artisanal particulièrement soucieux du bien-être animal et une production de masse destinée à nourrir des milliards d’humains à un coût raisonnable, les écoles de pensée s’entrechoquent. Mais la sensibilité grandissante des consommateurs pousse les géants de l’industrie de la volaille à redoubler d’ingéniosité pour trouver des façons plus acceptables d’élever et de «récolter» leurs animaux.



La firme BroMaxx s’y est attaquée en concevant les systèmes d’hébergement Colonie et d’enlèvement Easyloader. Ce dernier vient d’être breveté.


En dépit de la densité élevée de poulets de chair que permet le Système Colonie BroMaxx, le caillebotis ajouré sur lequel la volaille est élevée facilite l’évacuation des fientes et de l’ammoniac sur des convoyeurs, ce qui réduirait significativement les problèmes respiratoires et l’usage d’antibiotiques. Dans ces conditions, les poulets atteindraient le poids de 3,3 kg en 44 jours.



Une fois leur poids cible atteint, les poulets n’ont plus à subir le traumatisme de la capture par des machines qui les balaient sans ménagement. Le tapis à fientes glisse doucement sous leurs pattes et c’est sur un tapis roulant (voir illustration ci-dessous) que les animaux sont acheminés vers les conteneurs ou les caisses de récolte.



Le système d’enlèvement EasyLoader, quant à lui, transfère les poulets de chair directement aux conteneurs en évitant de blesser les cuisses et les ailes des oiseaux. Quand on sait qu’il peut transférer jusqu’à 12 000 poules à l’heure, cela relève de l’exploit.



Oui, bien sûr, tout le monde n’applaudira pas à cette prouesse. Pas facile de faire plaisir à sa mère et au Bon Dieu, n’est-ce pas ?

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE